Bienveillance, vous avez dit bienveillance ?

Hello, c’est Bulle,

Depuis quelques jours, j’ai ce mot en tête : bienveillance. J’aime autant les sonorités que tous les sens que l’on peut y mettre.

Pourtant, à force de l’entendre partout et à toutes les sauces, je crains qu’il ne soit vite galvaudé. Pensez-donc, même les politiques s’en sont saisis !

Quand je pense à ce mot, l’image qui s’impose à moi, c’est le sourire dans le regard de ma grand-mère posé sur ses petits enfants, comme pour nous dire “quoi que tu fasses, fais le avec le coeur. Si c’est une réussite, sois-en fier ; si c’est un échec, fais-en une leçon”.

Derrière ce mot, derrière ce sourire, est présent une inébranlable foi en la personne qui reçoit ce regard : quoi qu’il arrive c’est le bon chemin à suivre, celui qui te fait grandir, qui te rapproche de toi-même.

Il y est aussi question de veille, une attention constante qui autorise à la fois l’autonomie, l’expérience tout en maintenant ce regard qui encourage, qui pousse à aller plus loin, qui soutient, qui console aussi parfois.

La bienveillance implique aussi l’acceptation. Quand j’avais 20 ans, un ami un tantinet plus âgé m’a dit : “être adulte, c’est accepter…” accepter ce qui la vie impose, accepter le sort, la fatalité. A l’époque, j’ai été envahie par un sentiment de révolte : comment ça accepter ? Comment baisser les bras sans se battre ? Et puis, le temps a fait son oeuvre. Et le sentiment de révolte a laissé sa place à quelque chose de plus fort encore : l’espoir. J’ai découvert que souvent, accepter de lâcher prise permet d’aller plus loin, d’accéder au niveau supérieur, de sublimer même.

Etre bienveillant pour soi n’est pas un luxe : le monde, la vie sont suffisamment durs pour nous accorder une certaine clémence. Cela ne signifie pas tout lâcher tout accepter, mais avoir la volonté de dépasser les moments low pour retrouver les moments plus “high”. Etre bienveillant envers les autres, c’est un super carburant à rayonnement hyper puissant. J’ai même décidé de ne jamais me priver de dire les remarques positives qui me viennent à l’esprit sur un camarade de travail, une voisine. Leur sourire est la preuve du rayonnement de bonheur qui se propage.

En ce moment, j’ai beau avoir ce mot en tête, je ne suis pas très bienveillante à mon égard. C’est vrai quoi : je veux aller plus vite, plus loin, plus fort. Comme le veut notre société actuelle, je veux que ma petite entreprise décolle vite et bien, je veux gagner de l’argent pour mes filles et pour moi, dépenser pour les soldes, prévoir un voyage aux States, améliorer ma maison, etc. Je veux, je veux, je veux pousser les murs… sauf que je me cogne la tête. J’ai le coeur qui palpite, la respiration courte : vite vite vite. Et ça fait mal. Comment faire pour arrêter de me faire mal ? De toute façon, je ne pourrai ni avancer le temps, ni forcer les choses.

Ma recette à moi, c’est d’aller danser, ou courir, de retrouver mes filles tôt chaque soir, et non plus un quart d’heure avant leur coucher, c’est de prendre le temps de respirer – merci la sophro – pour me remettre en tête la chance folle, notamment celle d’avoir des proches formidables, toujours présents et … bienveillants.

Et vous, savez-vous être bienveillants avec vous-même ?

A bientôt,

Prenez soin de vous !

2 commentaires sur « Bienveillance, vous avez dit bienveillance ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s